Wiki Crossroads
Advertisement


La grippe de 1918, aussi connue sous le nom de « grippe espagnole », est due à une souche (H1N11,2) particulièrement virulente et contagieuse de grippe qui s'est répandue en pandémie de 1918 à 1919. Cette pandémie a fait 50 millions de morts selon l'Institut Pasteur, et jusqu'à 100 millions selon certaines réévaluations récentes. Elle serait la pandémie la plus mortelle de l'histoire dans un laps de temps aussi court, devant les 34 millions de morts (estimation) de la peste noire.

Impacts médicaux.

Les décès furent essentiellement de jeunes adultes, ce qui peut surprendre : les jeunes adultes sont habituellement la génération la plus résistante aux grippes. Ceci a d'abord été expliqué par le fait que cette tranche d'âge (notamment pour des raisons professionnelles ou de guerre) se déplace le plus ou vit dans des endroits où elle côtoie de nombreuses personnes (ateliers, casernes...). La multiplicité des contacts accroît le risque d'être contaminé. Cette constatation a été faite par les historiens (notamment lors de l'épidémie de choléra à Liège en 1866).

En fait c'est le système immunitaire de cette classe d'âge qui a trop vigoureusement réagi à ce nouveau virus, en déclenchant une « tempête de cytokines » qui endommageait tous les organes, au point de tuer nombre de malades.

On estime que 50 % de la population mondiale fut contaminée (soit à l'époque 1 milliard d'habitants), 60 à 100 millions de personnes en périrent, avec un consensus autour de 60 millions de morts.

Cette grippe se caractérise d'abord par une très forte contagiosité : une personne sur deux contaminée. Elle se caractérise ensuite par une période d'incubation de 2 à 3 jours, suivie de 3 à 5 jours de symptômes : fièvre, affaiblissement des défenses immunitaires, qui finalement permettent l'apparition de complications normalement bénignes, mais ici mortelles dans 3 % des cas, soit 20 fois plus que les grippes « normales ». Elle ne fait cependant qu'affaiblir les malades, qui meurent des complications qui en découlent. Sans antibiotiques, ces complications ne purent pas être freinées.

La mortalité importante était due à une surinfection bronchique bactérienne, mais aussi à une pneumonie due au virus. L'atteinte préférentielle d'adultes jeunes pourrait peut-être s'expliquer par une relative immunisation des personnes plus âgées ayant été contaminées auparavant par un virus proche.

Victimes célèbres.

  • Max Weber, juriste, économiste et sociologue allemand considéré comme l'un des fondateurs de la sociologie ;
  • Guillaume Apollinaire, poète français ;
  • Pascal Ceccaldi, journaliste et député français ;
  • Edmond Rostand, dramaturge, écrivain et metteur en scène français ;
  • Egon Schiele, peintre autrichien et son épouse Edith enceinte de 6 mois ;
  • Amadeo de Souza-Cardoso, peintre portugais
  • Rodrigues Alves, président du Brésil ;
  • François-Charles de Habsbourg-Lorraine, prince de Toscane ;
  • Joe Hall, joueur de hockey sur glace britannique ;
  • Léon Morane, pionnier français de l'aéronautique ;
  • Vera Kholodnaïa, première « reine de l'écran » du cinéma russe ;
  • Mark Sykes, conseiller britannique décédé à Paris pendant les accords Sykes-Picot ;
  • Myrtle Gonzalez, actrice américaine.

Malades connus dans Crossroads.

Advertisement